السبت 27 فبراير 2021

Une Prime SIVP aux Entrepreneurs Individuels?

تاريخ النشر : 24 أكتوبر 2020

Tarek Ben Noamene – Universitaire 

Compte tenu des difficultés du secteur privé à satisfaire les besoins en emploi et devant l’impossibilité de recruter davantage dans le secteur public il apparaît clair que l’entrepreneuriat demeure l’unique alternative.

La création en 2020  d’un cadre réglementaire pour l’entrepreneuriat individuel (le statut auto-entrepreneur) ainsi qu’une loi sur l’économie sociale et solidaire  représente un atout majeur pour l’économie tunisienne. Toutefois, en l’absence d’incitations directes et concrètes au profit des jeunes ralentit voir même rend obsolète ces mécanismes institutionnels.

L’encouragement à l’entrepreneuriat ne se limite pas à la simple facilitation du processus de création de projets. Les jeunes entrepreneurs ont besoin d’un accompagnement réel à travers un soutien financier leur permettant de subvenir à leurs propres besoins pendant les deux premières années de leur projet.

La mise en place d’une prime similaire à celle attribuée aux diplômés dans le cadre des contrats SIVP (stage d’insertion à la vie professionnelle) encouragerait les jeunes à se lancer dans l’entrepreneuriat individuel. Avec un tel revenu, modeste mais régulier, un jeune chômeur se sentira rassuré et suffisamment confiant pour initier son propre projet.

Une prime pour l’Insertion Professionnelle par l’Entrepreneuriat Individuel (IPEI)

Techniquement parlant, l’IPEI serait une aide financière versée mensuellement à tout  diplômé chômeur désirant  se mettre à son propre compte ou dans le cadre d’une coopérative d’entrepreneurs.

Le bénéficiaire obtiendra la prime IPEI pendant la première année de son aventure entrepreneuriale. Puis, et durant la deuxième année, la prime sera conditionnée par la réalisation d’un chiffre d’affaires. De cette façon, nous encourageons l’entrepreneur à poursuivre et à croire en son projet tout en bénéficiant d’un soutien conditionné. C’est aussi une façon pour rationaliser l’utilisation de l’IPEI.

Sur le plan de financement, l’Agence Nationale pour l’Emploi et le Travail Indépendant assurera le paiement de l’IPEI avec le concours et l’aide du secteur privé (on peut imaginer par exemple des banques et des institutions de financement  qui sponsorisent certains porteurs de projets).

La création d’une prime pour l’insertion professionnelle par l’entrepreneuriat individuel, même si elle représentera un coût non négligeable pour l’Etat,  elle demeure une solution efficace à plusieurs niveaux.

D’abord, elle contribue à la création d’opportunités d’emplois et par conséquent réduire le chômage.

Puis, sur le plan économique, l’entrepreneuriat crée de la richesse et contribue au développement de l’économie nationale, et par conséquent les primes versées par l’Etat ne seront pas perdues.

Ensuite, en offrant aux jeunes chômeurs une alternative professionnelle, nous réduirons les pressions sociales  et nous créerons un environnement socio-économique favorable.

Enfin, une telle politique de solidarité rétablirait la confiance entre une jeunesse longuement marginalisée et l’Etat. Il s’agit quelque part d’une sorte d’ébauche pour un nouvel contrat social.

La généralisation de la prime SIVP pour couvrir les entrepreneurs individuels avec la mise en place d’un système de rationalisation de son utilisation (condition d’éligibilité du bénéficiaire, type de projet,  suivi et contrôle..,etc.) coûtera moins cher à la communauté nationale comparé aux politiques sociales comme les recrutements anarchiques dans la fonction publiques ou encore les aides sociales.

Partagez Maintenant !
TwitterGoogle+Linkedin

Related Posts

None found

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *