الإثنين 03 أغسطس 2020

Une Banque Nationale pour le Volontariat en Tunisie?

تاريخ النشر : 12 أبريل 2020

Tarek Ben Noamene*

“Le volontariat est l’engagement libre et gratuit de personnes qui agissent pour d’autres ou pour l’intérêt collectif, dans une structure débordant celle de la simple entraide familiale ou amicale”. (Association pour le Volontariat).

En temps de crise et de catastrophe, quand les ressources de l’Etat (financières, logistiques, organisationelles..) s’épuisent ou se font rares, le recours au volontariat et à la générosité des citoyens reste la seule issue fiable.  Cet esprit de “donner pour le bien-être de tous” est le socle de toute cohésion sociale et le moteur de tout développement durable.

 

 

Le volontariat. Òu en-est la Tunisie 

 

Le volontariat se développe en Tunisie mais à un rythme très lent. Malgré l’accroissement du nombre d’associations et de bénévoles qui évoluent dans ce domaine, les effets escomptés sur la société demeurent peu tangibles.

 

Cette lenteur pourrait s’expliquer par plusieurs facteurs que je groupe brièvement ici sous trois catégories.

 

D’abord, l’éparpillement des associations civiles qui évoluent dans le domaine du volontariat ainsi que le manque de coordination et de fédération de leurs efforts font perdre beaucoup de ressources au volontariat.

 

Ensuite, l’absence de coordination entre les associations porteuses de projets, et les authorités locales et nationales aboutit à des résultats minimes et parfois contre productifs comme c’était le cas par exemple lors des compagnes de nettoyage et d’embellissement des villes òu des volontaires, sincères dans leur engagement, ont défiguré des

monuments historiques.

Enfin, l’absence d’un système de valorisation et de promotion du travail volontaire fait que le nombre d’adhérents et de projets réalisés restent insuffisants.

 

 

Quelles solutions pour propulser le volontariat en Tunisie?

 

 

Le développement du volontariat  en Tunisie exige la mise en place d’une structure nationale qui serait capable de fédérer l’effort volontaire des individus et des organizations (associations, ONG  entreprises..) et de créer une dynamique au tour de tous les acteurs du volontariat en assurant le développement, la promotion, la gestion et l’investissement des ressources bénévoles.

 

Une Banque Nationale pour le Volontariat (BNV)

 

 La BNV serait une institution non-financière. Son mode de fonctionnement repose sur les principes de l’économie non-monétaire (non-monetary economy). Sa monnaie d’échange sera “l’heure de travail volontaire” [V]. Cette unité de mesure fait partie de la catégorie de “monnaie complémentaire” ou encore  appelée “monnaie locale” (community currency).

 

Avec des agences établies sur tout le territoire national, la BNV aura comme mission principale la coordination et la fédération de tous les projets volontaires portés par les associations et les organisations, et les autorités locales.

 

Ses fonctions, empruntées aux techniques bancaires, seraient de collecter, gérer et investir les ressources bénévoles. Des transferts de ressources entre les branches BNV seront effectués selon les besoins et les projets à entreprendre.

 

Techniquement, chaque volontaire sera attribué un compte bancaire contenant ses heures de volontariat (crédit).

 

Les individus qui souhaitent faire du volontariat mais qui ne peuvent pas (y compris les tunisiens résidents à l’étranger TRE), pourront acheter des crédits d’heures de volontariat. L’argent versé directement à la BNV servira au financement des projets.

 

Les entreprises et professionnels seront attribués des comptes de volontariat qui pourront être alimentés par les heures de volontariat effectuées par leurs employés pendant leur temps de travail (corporate volunteering) ou encore à travers l’achat de crédits de volontariat sous forme d’ “abondements”  monétaire versé pour chaque heure de volontariat réalisée par leurs employés.  Le cumul généré sera comptabilisé comme un investissement RSE (Responsabilité sociale des Entreprises).

 

Des mécansimes d’incitation peuvent être mis en place à l’échelle locale et nationale. Pour les individus, des bourses d’étude seront attribuées aux plus RICHES” (ceux qui ont plus de crédits de volontariat) et leurs proches, remises et rabais sur l’achat des biens et services auprès des sponsors et partenaires de la BNV, billets de transport public, financement de voyage,  ..etc.

 

Pour les entreprises et les professionnels, les investissements dans la BNV seront comptabilisés comme  investissements RSE leur permettant ainsi de bénéficier de tous les avantages liés à ce dispositif (fiscale, capital sociétal, réputation, ..etc).

 

L’investissement des ressources bénévoles sera fait selon des stratégies nationales élaborées annuellement par la BNV en collaboration avec les autorités locales/ publiques. Les projets de volontariat porteront sur plusieurs domaines et en particulier sur ceux liés à l’entretien et l’aménagement des infrastructures communes, telles que les écoles, les hôpitaux, les routes, les centres villes, les parcs..etc.

 

Sur le plan logistique, les guichets BNV pourront être installés au sein des bureaux de la Poste Tunisienne en raison de sa forte présence sur l’ensemble du territoire national.

 

Une solution digitale (mobile app, site web) peu coûteuse et pratique, pourrait être utilisée  comme une première étape dans l’élaboration du projet BNV.

Un volontariat suffisamment développé et efficacement géré peut créer un réel changement dans la vie des citoyens. C’est un levier infaillible pour un développement social et économique durable.

Professeur d’Université*     

– Source photos: internet + facebook
Partagez Maintenant !
TwitterGoogle+Linkedin

Related Posts

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *